Se libérer de ses fausses croyances en entrepreneuriat!

26 avril 2019

Croyance # 1 – Je dois être le premier arrivé dans mon entreprise et le dernier parti!

Plusieurs croient que s’il s’absente du bureau trop longtemps pour partir en vacances, ce sera le chaos assuré à leur retour. Dans les faits, l’omniprésence du dirigeant d’entreprise est aussi nuisible que son absence totale. Pour que les employés se sentent responsabilisés, il faut leur en donner l’opportunité!

Croyance # 2 – Il ne doit pas y avoir d’émotions en affaires.

En entrepreneuriat, il m’arrive souvent de voir des humains qui se sont construit des carapaces froides pour se protéger des situations difficiles. Ils ont appris à mettre la switch à off… Cette situation finit par être insoutenable. Dans les faits, la vulnérabilité, l’humanité, l’empathie et la bienveillance sont des émotions sincères ressenties par les employés et les clients; c’est très payant! À l’époque où plusieurs services sont automatisés, une bonne dose de chaleur humaine est un avantage stratégique intangible et indéniable. Ça fait du bien! Avouons-le, on veut faire des affaires avec des gens et non des robots. On veut être nommés et être reconnus par notre nom et ne pas être un simple numéro.

Croyance # 3 – Les entrepreneurs comprennent le langage des affaires.

Pour être honnête, les entrepreneurs ne connaissent pas tant que ça le langage des affaires. Notions financières, bancaires, de comptabilité, etc. On retrouve parmi les entrepreneurs, plusieurs qui sont des hyperspécialistes de tout (aménagement, construction, soin personnel, etc.), mais pas des spécialistes des affaires. Leur langage au quotidien est bien davantage relié à leurs champs d’expertise qu’aux affaires. Tu achètes de l’argent américain deux fois par année, tu demandes un prêt financier aux cinq ans, tu négocies un contrat de travail aux deux ans, etc. Ça ne fait pas d’eux des spécialistes du langage des affaires.

Croyance # 4 – Nos compétiteurs sont nos ennemis.

Je considère celui-ci tellement faux! Au contraire, une bonne entente avec vos concurrents peut être très profitable pour les deux partis. Il y a des clients qui vous utilisent pour faire de la surenchère ou pour payer moins cher et cela baisse vos marges respectives. Un appel ou une belle relation d’affaires pourraient vous rapporter gros. Pensez-y!

Croyance # 5 – Les professionnels de la santé ont un dilemme éthique avec le fait de charger de l’argent pour des soins.

Il s’agit de la pire croyance que j’ai observée, notamment chez les entrepreneurs dans le domaine de la santé. OUF! Cette croyance est bel et bien ancrée dans leur gène de professionnels… On y retrouve donc des cliniques qui vivotent et qui ont du mal, entre autres, à se mettre à jour sur le plan technologique. Pourtant, le consommateur est prêt à payer pour avoir de bons soins. Cela a une grande valeur et devrait être pris en compte dans la tarification.

Et vous, pouvez-vous nommer d’autres croyances qui empêchent les entrepreneurs de progresser ?

0 Comments
Join the conversation

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.