Le capital social, cette valeur inestimable en affaires. Savez-vous le mobiliser ?

18 décembre 2019

En 2019, nous avons eu le privilège de livrer un atelier/conférence dans le cadre de C2MTL.

J’y partageais les grandes forces qui ont propulsé la création de l’EEB. Non pas les outils ou plans d’affaires parfaits, mais plutôt des forces reliées au capital social, aux humains derrières ce succès d’impact. Pour les néophytes, l’EEB est l’école des entrepreneurs du Québec en Beauce les transformant en leaders inspirés et inspirants.

Voici donc les cinq forces tellement cruciales de ce démarrage :

#1 Un leader porteur d’une vision qui mobilise : claire, concise, rassembleuse. 

Une vision qui touche le cœur et qui fait rêver. Vous l’avez reconnu : Marc Dutil.

#2 Un projet d’entreprise esquissé de façon globale. 

Cela a permis aux nombreux acteurs impliqués de contribuer à sa définition plus précise. La communauté (locale et nationale) s’est approprié ce démarrage et cela l’a radicalement propulsée. Quand les individus savent qu’ils peuvent contribuer, il n’est pas surprenant de se faire proposer plein d’idées qui accélèrent le démarrage. (Mais il faut gérer le trafic !). Les réseaux riment avec capitaux…

#3 L’écoute des humains pour aller au cœur de leurs besoins non comblés. 

Nous avons réellement écouté nos entrepreneurs pour comprendre leur besoin d’apprendre au-delà des mots et aussi pour capter ce contenu inédit à transmettre. C’est ce qui a permis la création d’un métier : l’élicitation. On pourrait le définir comme la capacité d’élever les histoires de vie des entrepreneurs. Les dirigeants apprennent souvent par essais et erreurs. Conséquemment, ils finissent par donner peu de valeur à ce qu’ils sont devenus et à ce qu’ils ont créé. Quelle erreur ! C’est de la vraie richesse !

#4 La contribution des employés basée sur leurs grandes forces personnelles, leurs expériences de travail et leur parcours de vie. 

D’une façon générale, on embauche des gens pour combler des postes définis à l’avance. Or, quand les postes ne sont pas encore créés, il est possible d’identifier des gens et des compétences à mobiliser pour, par la suite, préciser leur rôle et leurs tâches. L’EEB s’est construit sur la base d’une culture entrepreneuriale forte en Beauce et d’une culture interne intrapreneuriale ! Tout le monde a contribué dans ce qu’il avait de meilleur à offrir ce qui a permis à tout le monde, tous les employés de grandir avec l’EEB.

#5 L’emphase mise sur l’émotion comme moteur d’apprentissage

Oh ! Un autre tabou : relier émotion et affaires ! Or, comment développer ses réflexes intuitifs sans considérer ce que l’on ressent ? L’entrepreneuriat construit le futur, l’inexistant. Il faut donc utiliser ses « softs skills« , l’intuition, la vision, l’émotion, l’empathie,… pour avancer. Elles s’acquièrent par le cœur et par l’expérience ressentie. Vivement l’émotion !

Cela dit, en arriver à mobiliser tout ce potentiel et ce capital est un exploit en soi. Cela requiert un leadership d’ouverture, une grande capacité d’écoute des autres le tout conjugué à une ferme intention de partager le succès. On voit trop souvent des leaders qui s’approprient les bonnes idées ! La reconnaissance, c’est partagé le capital social !

10 ans plus tard, je suis encore surprise de ressentir la fierté de tous ceux qui ont contribué, participé et vécu l’EEB. Elle est encore contagieuse et mobilisante. L’EEB leur dit encore et encore MERCI !!

Instinctivement, ancrée dans le cœur des entrepreneurs, l’EEB s’édifie en mode entrepreneurial. Ces nouveaux modèles de gestion participative, intrapreneuriale, et d’entreprise libérée sont tendances actuellement. L’EEB est définitivement une entreprise modèle qui doit son succès à cette équation toute simple.

EEB = La somme de ce que nous sommes.

Vous souhaitez mieux connaître cette école, voici d’autres articles sur le sujet : Compléter un chapitre de sa vie par Nathaly Riverin

À propos de Rouge Canari

Rouge Canari vise le développement de l’entrepreneuriat sous toutes ses formes, par la création et le déploiement d’études, d’analyses et de stratégies visant les entrepreneurs. L’entreprise compte parmi ses clients/partenaires connus le MESI, la Fondation des familles en affaires, Femmessor, l’École d’entrepreneurship de Beauce (EEB), la Fondation de l’entrepreneurship, des groupes privés et les grandes corporations dans les domaines des services professionnels et bancaires. Rouge Canari bénéficie de collaborateurs/collaboratrices de longue date d’expertises variées. C’est une équipe passionnée et expérimentée qui prend vos projets d’entrepreneuriat en main.

1 Comment
  1. Avatar
    Claude Ananou
    19 décembre 2019Répondre

    EEB est plus que la somme de ce que vous êtes, c'est même plus que la multiplication de ce que vous êtes, c'est ce que nous pourrions appeler le produit scalaire, c'est à dire en trois dimension.

Join the conversation

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.